Ferrari F512 M (1994-1996)

By  | 22 juin 2013 | 0 Comments | Filed under: Ferrari, Guide

En septembre 1984, au Salon de Paris, Ferrari et Pininfarina avait créé l’électrochoc avec la Ferrari Testarossa. Véritable sculpture roulante, elle deviendra une véritable icône au cours des années 80. Puis au fil des millésimes, la nécessité de la faire évoluer se fait sentir et une première salve intervient en 1992 avec la version désormais baptisée Ferrari 512 TR. Véritable évolution de la Testarossa, elle reste cependant très proche en look, et innove surtout par des améliorations moteur et châssis. Mais la concurrence devient de plus en plus agressive et présente, et à Maranello on se doit de réagir. Plutôt que de maintenir une 512 TR  » vieillissante  » en l’état jusqu’à la commercialisation de la future 550 Maranello et son architecture plus classique (moteur avant), la lignée de la Testarossa est remise sur la planche à dessin et dans les ateliers. Pas de révolution donc, mais une évolution ultime qui permet à la saga Testarossa de rester dans la course jusqu’à son crépuscule. La Ferrari F512 M (pour  » Modificata « ) vient donc clore cette histoire avec des améliorations sur tous les domaines : aérodynamique, design, châssis, sécurité, équipement, freinage, performances, moteur…

DANS LA CONTINUITE…
Fidèle à la tradition, c’est Pininfarina qui reste aux crayons pour ce petit relooking de fin de carrière. On reconnaît immédiatement la ligne générale qui reste fidèle à la Testarossa de 1984. Le porte-à-faux avant prononcé et les ailes arrière élargies striées qui cachent les radiateurs restent donc les traits marquants que le public a retenu. Le regard de la F512 M la démarque en revanche très nettement avec une proue légèrement redessinée : nouveau bouclier avant (phares et prises d’air) et optiques ellipsoïdales fixes (remplaçant les phares escamotables) sous des caches en lexan (pour le poids). Le coffre avant a été repensé en le rendant plus doux et plus modelé et en y intégrant deux prises d’air Naca pour l’installation de la climatisation. Afin d’harmoniser la 512M avec les nouveaux canons stylistique de la gamme Ferrari, la grille arrière a été supprimée au profit de plus traditionnelles feux circulaires qui représentent depuis toujours l’une des caractéristiques stylistiques de la firme au Cheval Cabré. En vue latérale, la voiture arbore des roues de 18 pouces en aluminium (démontables) dont le dessin classique des jantes à cinq branches a gagné en dynamisme grâce à une forme hélicoïdale.

MEILLEURE AERO !
Les modifications, esthétiques et techniques, ont permis d’obtenir un haut rendement et intégrant synergiquement les éléments aérodynamiques des différentes surfaces, sans oublier le sixième côté : le fond plat, pour une meilleure stabilité à grandes vitesses. Le pare-chocs avant, testé en soufflerie dans le but d’améliorer l’équilibre des forces s’exerçant sur le train avant, est étudié en fonction du fond plat afin de répartir la distribution de la charge aérodynamique et incorpore les prises dynamiques de refroidissement des freins avant.

COCON SPORTIF ?
Pas de révolution à l’intérieur. Ceux qui étaient habitués aux habitacles des Testarossa et 512 TR ne seront pas dépaysés. Le gros du travail a essentiellement porté sur le niveau de confort. Ainsi, il a été possible d’améliorer l’ergonomie et la sécurité, grâce à quelques modifications légères mais néanmoins significatives, sans négliger pour autant l’aspect esthétique : volant redessiné, pommeau de levier de vitesse en aluminium, pédalier à la course réglable en aluminium et en option de splendides baquets course en matériaux composites, pour une meilleure prestation générale (poids/maintien). La sellerie des sièges baquets de série est en cuir Conolly. La climatisation, de série, est dotée d’un système de recyclage d’air important qui utilise les changements rapides des inerties thermiques mais offre une bonne régularité et homogénéité des températures. C’est pour cette raison que les nouvelles prises d’air Naca pour la climatisation, situées sous le capot avant, se trouvent dans une région à grande efficacité dynamique. La climatisation fonctionne avec du gaz écologique R134A. Le coffre à bagages, à l’avant, avec un volume de 250 litres peut contenir en plus de la trousse à outils, un ensemble de trois valises, prévu en option. Une fois à bord, on retrouve une disposition connue des commandes et indicateurs. La planche de bord a adopté une forme commune avec celle des berlinettes à moteur V8 contemporaine de la marque, avec combiné d’instruments face au pilote (à lettrage rouge et compte-tours gradué jusqu’à… 10 000 tr/mn !), commandes de confort (chauffage, climatisation) sur la console centrale et le milieu de la planche de bord agrémenté de l’autoradio qui est caché, des aérateurs centraux et de manos additionnels. Comparé à la Testarossa de 1984, le levier de vitesse est plus court, mais est toujours guidé par la traditionnelle grille métallique.

V12 ET NON A PLAT
Depuis la Ferrari BB 512, les techniciens de Maranello jouent sur les mots et trompent leur monde. En effet, si le 12 cylindres qui équipe la berlinette Ferrari dès les années 70, puis la saga des Testarossa, s’apparente à un moteur à plat, il n’est pas un boxer, mais bien un V12 à 180°. Ce V12 maison s’était initialement illustré dans ce type d’architecture en Formule 1 sur la Ferrari 312T. Satisfaits par les avantages d’une telle mécanique (centre de gravité abaissé favorisant la tenue de route notamment), les motoristes ont ainsi reconduit ce principe pour la F512 M. La cylindrée est de 4 943 cm3, alésage et course 82 x 78 mm. La puissance maximale est de 440 ch à 6 750 tr/mn et le couple de 51 mkg à 5 500 tr/mn. Le bloc moteur est en aluminium avec chemises humides revêtues de Nikasil. La gestion moteur est assurée par le système Bosch Motronic 2.7 avec injection et allumage à contrôle électronique. Le circuit d’huile moteur, avec carter sec, possède deux pompes de récupération et une pompe d’envoi et soupape de thermorégulation. Le refroidissement se fait par eau avec radiateur, vase d’expansion et ventilateurs électriques automatiques. Le haut moteur a bénéficié de toutes les attentions. Le dispositif de distribution est constitué de quatre soupapes par cylindres, inclinés en V de 41°, actionnés par quatre arbres à cames en tête. Les ressorts des soupapes, sont à pas variable et autorisent une augmentation de la puissance potentielle de plus de 10 000 tr/mn, soit au-delà des limites d’utilisation. Afin d’améliorer le rendement thermodynamique, le volume de la chambre d’explosion a été modifié au moyen de nouveaux pistons en alliage d’aluminium forgé. Le taux de compression est de 10,4:1. Les bielles, calculées par éléments finis, sont en titane Ti6a14V, pour une utilisation continue et fiable à haut régime. Ce type de bielle a également permis d’alléger le vilebrequin, qui repose sur sept paliers améliorant nettement la réponse dans les changements de régime et l’équilibrage des masses de l’ensemble. L’autodiagnostic de bord répond à la norme la plus sévère alors en vigueur (California OBD 1).

BOITE  » T « …
La transmission fait appel à une boîte longitudinale à 5 rapports plus la marche arrière, tous synchronisés évidemment. Afin d’adapter la boîte de vitesse aux meilleures performances du moteur, les synchronisations ont été modifiées et les rapports raccourcis. Le différentiel autobloquant (45%) à lamelles vient concourir à une meilleure motricité. L’embrayage monodisque à sec de 9½ pouces, sans amiante, possède une nouvelle commande sur manchon d’aluminium et coussinet autocentré. Ainsi dotée, la Ferrari 512M peut se prévaloir de performances à la hauteur de son prestigieux blason. La vitesse maximale s’établit à 315 km/h, tandis que le 0 à 100 km/h est expédié en 4″7 et la borne kilométrique départ arrêté en 22″7 ! Le chrono sur la piste de Fiorano est supérieur de 2″ à celui de la Testarossa, mais reste identique à celui de la 512TR.

STRUCTURE
L’ensemble de la carrosserie est en aluminium pour gagner du poids. La structure (châssis et habitacle) est en acier à haute résistance. La F512 M utilise le classique châssis tubulaire Ferrari, reposant sur des éléments à section variable d’acier en chrome-molybdène. La structure a été étudiée et contrôlée pour des valeurs de rigidité en torsion et en flexion élevées. Les suspensions à quatre roues indépendantes sont à parallèlogrammes déformables avec ressorts et amortisseurs à gaz en aluminium et barre de torsion. La direction à colonne homocinétique est à crémaillère et complétée d’une assistance hydraulique. Le dispositif de freinage comprend quatre disques ventilés pincés par des étriers fixes à quatre pistons. Un ABS Bosch vient compléter cette panoplie pour aider les  » freine-tard « . Une attention toute particulière a été portée sur l’allègement des masses non suspendues. Les jantes alu sont chaussées de pneus en 235/40 ZR18 AV et 295/35 ZR18 AR. Les deux réservoirs d’essence (100 litres) sont en aluminium avec des pompes immergées. La recherche de perte de poids et de gain de performances a été récompensée par une baisse de 70 kilos comparé à la 512 TR avec désormais 1 455 kilos sur la bascule.

En 1996, soit après deux ans de commercialisation seulement et 500 exemplaires produits, la Ferrari F512 M tire sa réverence et cède la place à une nouvelle génération de berlinette à moteur V12. Cette fois-ci, le V12 repasse à l’avant, diminue son angle d’ouverture et rejoint les canons historiques de la marque que la 365 GTB/4 Daytona avait alors clot.

>CHRONOLOGIE FERRARI F512M
1971 : Présentation de la ferrari 365 GTB4 et son V12 à plat. La « BB » comme on l’appelera vite va démarrer la saga des berlinettes V12 à moteur central arrière chez Ferrari.
1984 : En septembre, au salon de Paris, Ferrari dévoile la nouvelle Testarossa. Choc visuel, la Testarossa affiche également des performances hors normes.
1992 : En janvier, pour le salon de Los Angeles, Ferrari dévoile la nouvelle 512 TR, grosse évolution de la Testarossa.
1994 : En septembre, au salon de Paris, Ferrari dévoile la F512 M qui est l’ultime évolution de la saga des V12 à plat en position centrale arrière à Maranello.
1996 : Commercialisation de la Ferrari 550 Maranello. retour du V12 à l’avant.
Arrêt de la F512M après 512 exemplaires produits seulement.

28 CV FISCAUX
FICHE TECHNIQUE
MOTEUR
Type: 12 cylindres en V à 180°, 48 soupapes, 2×2 arbres à cames en tête.
Position: longitudinal central AR
Alimentation: Injection Bosch Motronic 2.7
Cylindrée en cm3: 4 943
Alésage x course (en mm) : 82 x 78
Puissance ch DIN à tr/mn: 440 à 6 750.
Puissance au litre en ch DIN : 89,01
Couple maxi en mkg à tr/mn: 51 à 5 500
Couple au litre en mkg : 10,31
TRANSMISSION
AR + différentiel autobloquant à lamelles (à 45%)
Boîte de vitesses (rapports): Manuelle 5 transversale.
POIDS
Données constructeur en kg: 1 455
Rapport poids/puissance en kg/ch DIN : 3,30
ROUES
Freins : 2 disques ventilés AV (Ø ND mm) + étriers fixes 4 pistons et 2 disques ventilés AR (Ø ND mm) + étriers fixes 4 pistons + ABS.
Pneus : 235/40 ZR18 AV et 295/35 ZR18 AR.
>PERFORMANCES
VMax km/h: 315
400 m DA en secondes: 12″7
1 000 m DA en secondes: 22″7
0 à 100 km/h : 4″7
0 à 200 km/h : ND
>CHRONO FIORANO
1″35 – Moyenne : ND km/h.

  • RSS Derniers Articles Ferrari

    • Ferrari 458 Spider (2011-…)
      La Ferrari 458 Spider rejoint la 458 Italia, completant ainsi la gamme des V8 à moteur central arrière de Ferrari. Cette configuration cabriolet de la 458 Italia offre des solutions identiques à son ainée en termes de technologies, de maniabilité et de performances. Elle est équipée d’un toit en dur totalement escamotable breveté par Ferrari. […]
    • Ferrari F12 Berlinetta (2012-…)
      Ferrari présente la F12 berlinetta au 82e Salon automobile international de Genève 2012. La F12 berlinetta est le premier modèle de la nouvelle génération de V12 de la Marque au Cheval Cabré. La première mondiale de la F12berlinetta vient compléter la gamme Ferrari qui, en seulement quatre ans, a su présenter différentes Ferrari pour différents […]
    • Ferrari 612 Scaglietti (2004-…)
      Après une carrière à succès (environ 3 300 modèles produits) et une plastique qui lui a fait traverser les outrages du temps, il était temps pour la Ferrari 456 GTM, née 456 GT en 1992 de tirer se révérence. Son positionnement un peu ambigu, à mi-chemin entre une vraie voiture de sport et une Grand […]
    • Ferrari F430 Scuderia (2007-…)
      Chez Ferrari, les versions affûtées pour les amateurs exigeants de sorties circuits, notamment avec les clubs Ferrari, sont désormais le lot de chaque génération de berlinette à moteur avant. Après la Ferrari F355 Challenge qui pouvait être acquise en version homologuée route, la Challenge Stradale sorte de 360 Modena très affûtée, Ferrari renouvelle son opé […]
    • Ferrari California (2008-…)
      Chez Ferrari, les succès vont bon train, et quels que soient les résultats en Formule 1, défaite ou victoire, l’engouement pour les modèles de production de Maranello ne se démentent pas. D’ailleurs l’année 2007 a marqué une nouvelle année record de production des modèles de tourisme avec 6 495 modèles fabriqués soit une augmentation de […]
    • Ferrari BB 512i (1982-1984)
      Après la Ferrari Daytona très conservatrice mais ô combien charismatique à bien des égards, Ferrari et Pininfarina révolutionnent leurs habitudes avec la nouvelle Ferrari 365 GT4 BB. Moteur central arrière, 12 cylindres à plat et une ligne à couper le souffle vont caractériser cette nouvelle supercar qui va couronner la gamme Ferrari. Pas exempte de […]
    • Ferrari F512 M (1994-1996)
      En septembre 1984, au Salon de Paris, Ferrari et Pininfarina avait créé l’électrochoc avec la Ferrari Testarossa. Véritable sculpture roulante, elle deviendra une véritable icône au cours des années 80. Puis au fil des millésimes, la nécessité de la faire évoluer se fait sentir et une première salve intervient en 1992 avec la version désormais […]
    • Ferrari Mondial 8 (1980-1983)
      Depuis la première 308 GT4, qui fera même ses premiers pas sous le blason Dino, Ferrari tente l’impossible quadrature du cercle : conserver quatre places dans une optique de Ferrari « familiale », mais rester fidèle au moteur en position central arrière pour garantir un comportement routier sportif et efficace. La 308 GT4 n’avait pas réussi à […]
    • Ferrari Spider 16M (2008-2009)
      A peine la Ferrari California présentée au public au salon de Paris 2008, et déjà deux ans de délai de livraison (!), que Maranello nous réserve une surprise de taille ! On croyait que la gamme F430 était désormais aboutie et complète avec le coupé, le spider, la Scuderia et la Challenge… Mais non ! […]
    • Ferrari 360 Modena (1999-2004)
      Depuis 1975, c’est une saga ininterrompue de berlinettes à moteur V8 central arrière chez Ferrari. Si historiquement les Ferrari possédaient un 12 cylindres, cet élargissement de la gamme vers le bas (une sorte de « démocratisation » du Cavallino Rampante en somme) avec un V8 permit à Ferrari d’accroître ses ventes et sa production sans pour autant […]
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

About 

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *